Santé et sécurité des salariés : les principales mesures à mettre en œuvre

Publié le 21/09/2020
Santé et sécurité des salariés : les principales mesures à mettre en œuvre

Le protocole du ministère du Travail, de l’emploi et de l’insertion détaille les mesures de protection que l’entreprise doit prendre pour préserver la sécurité et la santé de ses salariés en période d’épidémie de Covid-19. Le document incite les entreprises à recourir au télétravail toutes les fois où celui-ci est possible. Pour le travail en présentiel, il rappelle les règles d’hygiène et de sécurité, notamment le respect de la distanciation physique, des gestes barrière et le lavage des mains. Les employeurs sont invités à limiter les risques de croisement de personnes et à prévoir des gestions de flux, à permettre à chaque collaborateur de disposer d’un espace lui permettant de respecter un mètre de distanciation avec toute autre personne, à prévoir une jauge pour les locaux destinés à recevoir plusieurs personnes (salle de réunion par exemple).

Le port du masque est obligatoire au sein des entreprises dans les lieux collectifs clos. Il arrive en complément et non en substitution des règles énumérées plus haut. Toutefois, les salariés disposant d’un bureau individuel n’ont pas à le porter lorsqu’ils sont seuls. En revanche, le port du masque est conseillé dans les véhicules où se trouveraient plusieurs personnes.

Un chapitre du protocole est consacré à la prévention des risques manuportées. L’employeur est tenu de mettre en place des procédures a minima journalières et à chaque rotation de poste de travail, de nettoyage et de désinfection régulière des objets et points de contacts que les salariés sont amenés à toucher sur les postes de travail et dans tous les lieux sous responsabilité de l’employeur, y compris les sanitaires et lieux d’hébergement. Une aération des espaces de travail et d’accueil est organisée pendant 15 minutes et toutes les trois heures. En cas d’impossibilité, l’employeur s’assure d’un apport d’air neuf par le système de ventilation.

Le document insiste sur le fait que les EPI sont un complément des mesures de protection collectives « et ne sauraient s’y substituer ». C’est valable pour les masques comme pour les visières, les gants, les surblouses, etc.

Les entreprises ont également un rôle à jouer dans la stratégie de dépistage par les tests, notamment en incitant les salariés présentant des symptômes à se faire dépister et à rester à domicile.

En revanche, le contrôle de la température à l’entrée des établissements n’est pas recommandé et ne peut être rendu obligatoire.