Grand âge et dépendance : une loi dès cet automne

Publié le 29/03/2019

 

Un rapport remis à la ministre de la Santé, intitulé « Grand âge, le temps d’agir », comporte 175 propositions destinées à organiser une meilleure prise en charge du grand âge qui seront traduites dans un projet de loi dès cet automne. La question du financement de cette réforme, qui avait conduit les précédents gouvernements à la repousser à plusieurs reprises, est désormais posée. Le rapport indique que la mise en œuvre de ses préconisations augmenterait « les dépenses publiques consacrées à l’autonomie à hauteur de 1,6 % du produit intérieur brut (PIB) en 2030, soit près de 35 % de plus qu’en 2018. Environ 45 % de cette hausse proviennent du seul effet du vieillissement démographique ; les 55 % restants renvoient aux mesures proposées pour l’amélioration de la qualité de l’offre ou pour la baisse du reste à charge en établissement. En volume, la hausse de la dépense publique due aux mesures nouvelles, par rapport à 2018, serait de 4,8 Md€ en 2024 et de 6,1 Md€ en 2030. Cumulée aux conséquences de l’évolution démographique et nette des mesures d’économies proposées, la dépense publique globale consacrée à l’autonomie augmenterait, par rapport à 2018, de 6,2 Md€ en 2024 et de 9,2 Md€ en 2030 ». Concernant les modalités de financement, la pérennisation de la CRDS au-delà de 2025 est évoquée. L’UNAPL suivra de très près ce dossier et ses conséquences en termes de charges pour les entreprises libérales.